Capture d’écran 2018-09-14 à 12.25.18.pn

Videodanse

Nous avons le plaisir de projeter 16 créations vidéographiques en Danse Animée d'auteurs internationaux (France, Canada, Etats-Unis, Allemagne, Espagne). L'ensemble de la sélection en Animations 2D, Animations 3D et Animations mixtes et expérimentales sera présentée Jeudi 13 décembre au Théâtre Canter de Saint-Denis de La Réunion.  Cette soirée d'innauguration et de présentation du festival FIDA nous permettra de définir les spécificités et particularités en animation danse pour chacune des catégories. 13 artistes ont été sélectionnés, issus de tous les horizons, représentatifs du genre ou à ses frontières.

PENDANT LE FESTIVAL

* Présentation commentée des auteurs et de leurs créations sélectionnées

* Attribution des mentions spéciales : "les pépites de danse animée"

Jeudi 13 Décembre

Théâtre Vladimi Canter,

Campus universitaire du Moufia - Sainte-Clotilde

 

18h - 21h

Entrée libre et gratuite

PARTENAIRE

Théâtre Vladimir Canter / Scène Plurielle

 

« Disco » - 2016
2:09

Boris Seewald a animé cette danse à partir de 1250 croquis différents pour le  producteur de musique électronique Ralf Hildenbeutel. En gardant lisible l'animation image par image, la danse semble émerger du papier dont le grain est perceptible. On notera la parfaite adéquation de la bande son avec l'animation. D'une multitude d'expressions naît une danse qui trouve grâce et linéarité ; du chaos et de la fragmentation émerge la douceur et la simplicité. Une force de proposition chorégraphique pour cette danse animée qui reçoit la "Pépite de danse animée" de cette édition 2018.

B.Seewald.jpg

L'AUTEUR

« Phases of Dance » - 2017
3:40

Une animation danse composées de 2,100 illustrations renseignant, par le prisme de la rotoscopie, une danse bachata. En utilisant la prise de vue réelle à la base de son travail, cette production de quatre mois inclu la création chorégraphique et le film de la performance dansée par Iveta Karpathyova et  Pavlo Farmakidis. Dans son processus d'interprétation, image par image, au rythme de 12 images par seconde, Karpathyova analyse les aspects d'expression visuelle et technique de sa pratique dansée à travers le crayon, le fusain, l'encre ou encore l'aquarelle.

Iveica.jpg

L'AUTEUR

denispetit.jpg

 

« Passage » - 2018
2:50

Dans un environnement étrange, un corps en danse se découvre. Réalisée en motion capture, cette courte animation danse intitulée "Passage" annonce un projet à venir composé  de plusieurs scènes chorégraphiques.

 

« CODA, The Finale of The Rite of Spring » - 2014
11:00

Du sol scintillant émerge lentement un amas de particules mouvantes. La forme est bientôt rejointe par plusieurs autres, toutes semblables, qui dansent tels des corps lumineux dans l’espace infini du cosmos. Ces corps au statut précaire volent en éclats, se font et se défont sans cesse au rythme du final du Sacre du printemps de Stravinsky...

Faisant usage de la capture du mouvement (MoCap) et du traitement de particules, Denis Poulin et Martine Époque évoquent la nature, abordant de façon métaphorique des thèmes écologiques en offrant dans un même geste une relecture contemporaine du Sacre du printemps. D’un nuage de particules brillantes nait ainsi un monde, un univers qui est aussi une scène numérique et où se profile un premier danseur évoluant dans un premier environnement...

CODA est à la fois une genèse et une apocalypse, un mythe démiurgique de la création du monde, un univers condensé où l’espace et le temps s’entrechoquent, se déploient, se dissolvent...

L'AUTEUR

 

« Quagma » (Episode "Deep Journey") - 2015
4:47

En 2015 Loan sort son second album « In Space Time » avec de nombreux featurings et collaborations (Juice Aleem, Bang On !, Antipop Consortium, Clozee, Guillaume Perret). Un album explosif qui est accompagné d'un court-métrage « Quagma » mettant en avant la Danse avec la compagnie de danse hip hop "RAF Crew". Elle réussit également à convaincre la prodigieuse danseuse et chorégraphe Kaori Ito à participer à ce projet : une rencontre inattendue qui donne le vertige assurément aux spectateurs... 3 épisodes ont été réalisés pour ce court-métrage, où différents univers et styles de danse/musique sont abordés. Ce court-métrage a reçu le prix spécial du Jury au Festival International du Film d'Aubagne.​
L'épisode "deep Journey" propose une animation poussée et fine de la prise de vue réelle, qui vient nourrir, modifier et prolonger le langage de la danseuse.
Loan.png

L'AUTEUR

 

« CUT » - 2018

3:00

CUT a été réalisé dans le cadre d'un atelier de l'Ecole des Métiers du Cinéma d'Animation d'Angoulème en partenariat avec un hôpital. Dans ce court de prévention, l'auteure évoque la dissociation du corps et de l’esprit provoquée lors d'une addiction. Pour la construction de son animation, Emilie brise les contraintes d'un storyboard classique et tend vers l'improvisation. En alternant références vidéos et imagination, elle nous propose une danse animée libératrice.

« TARIBY » - 2017

0:30

Dans cette courte étude, la jeune auteure expérimente l'animation en stéréoscopie et propose un hommage au "Pas de deux" de Norman Mac Laren. Dans son travail au crayon graphite, emprunt de références vidéos, on peut reconnaître un court passage de "Sinnerman" de la Compagnie Alvin Ailey. Au montage, l'animatrice superpose, empile, assemble et décale pour proposer une danse animée vive et rythmée.

Emilie Tronche

L'AUTEUR

« Make it Soul » - 2018

14:39

Dans ce court-métrage d'animation, Jean-Charles Mbotti réanime James Brown et Solomon Burke. L'auteur témoigne à nouveau de l'importance de la danse comme moyen d'expression à part entière dans une animation en deux dimensions. La séquence dansée laisse la part belle à la communication non-verbale. En hommage à James Brown, on se laisse emporter dans une danse animée en fusion avec la soul music.

Mboti.jpg

L'AUTEUR

« The Box » - 2018
4:14

En analysant ce à quoi renvoie la boîte fermée dans l'imaginaire collectif, Noémie explore l'absence de perception directe laissant venir à soi les projections mentales, dont la richesse dépassent ce qui relève du strict visible. A partir de cette réflexion, la jeune plasticienne explore l'aspect rituel de la boîte (en lien avec les reliques), le recueillement intime auprès d'un objet sacré voire magique ; et d'autre part, la notion d'ouverture irréversible, de fatalité (présente chez Pandore ou chez Psyché). C'est donc sur ces deux motifs qu'elle a élaborée la chorégraphie, sur un thème musical du jazzman John Surman.

noemie_deslot.jpg

L'AUTEUR

« A Bird's Fate » - 2017
0:58

Cette pièce a été réalisée en partie avec New York University. Carolina a filmé une danse d'une minute, puis animée 864 images. 11 personnes se sont impliquées à retranscrire à la main cette danse image par image. C'est une personalité différente qui transparait derrière le crayon, derrière chaque seconde.
 

Greg Rathje a réalisé une bande son "tango-esque" en accord avec une dance moderne, chorégraphiée par Julieta Tetelbaum, pour dépeindre  la lutte d'un artiste dans une société trop stricte.

L'AUTEUR

« 349 » - 2015
3:10

Créé avec des centaines de crayons et des centaines de mains, 349 est un film animé collaboratif qui explore l'idée que nous sommes tous imperceptiblement connectés. Une performance de danse en duo a été enregistrée et convertie dans une série d'images fixes. 349 personnes différentes ont redessinées une image fixant le mouvement des deux corps. la consigne : se représenter soi-même et représenter quelqu'un avec qui l'on entretien une relation importante. Les dessins résultants ont été parcourus, séquencés et synchronisés à la musique pour créer cette danse animée particulièrement originale de part son processus.

KShaeffer_Headshot.jpg

L'AUTEUR

Freya_Björg_Olafson-headshot.jpg

 

« Painting With The Man » - 2017 - 3:37

‘Painting with the Man’ a été réalisé avec un systeme de capture de mouvement sans caméra développé par Freya Olafson. Son travail se réfère aux séries d'Anthropométries d'Yves Klein des années 1960 dans lesquelles l'artiste utilisait les femmes nues comme 'pinceaux humains'. Dans cette animation danse, Olafson utilise un corps masculin générique en 3dimensions qui vient s'imprimer et se décupler sur la toile devenue écran. Un clin d'oeil, qui utilise la danse avec humour pour questionner notre rapport au corps à l'heure multimédia.

L'AUTEUR

GuillaumeMarin-headshot.jpg

 

« Saigner Toaster » - 2017
2:36

"Une mise en orbite de rouge et de noir. Coordonnée par le montage pour atteindre une nouvelle galaxie. Ni danse ni montage et ni collage
Rencontre de l’humain et de la forme dans un univers paréidolie."

Guillaume Marin tranche, coupe, saccade et anime le mouvement pour proposer une autre videographie des corps. Une danse animée expérimentale,  contemporaine et singulière, qui transporte totalement le spectateur dans cet univers : l'intention dansée, mentale, est rendu visible ici grâce à un travail précis de l'image, tout en laissant sa part à l'expression spontanée de l'imaginaire.

 

L'AUTEUR

Blas_payri_13-10-15.jpg

 

« Circumvolutions #3 » - 2018
3:20

An exploration of abstract movement following a rhythm marked by the music. Given a specific tempo (beat) that the dancers follow, the postproduction process creates a new choreography that uses a kaleidoscopic transformation, leading to changes in "movement density" and global light that are adapted to the evolution of the music.

​​

 

« Trois regards sur Bacome » - 2018
4:40

Dans cette video danse abstraite en trois parties, les textures visuelles, les couleurs et la composition de l'image sont crées en ralentissant au maximum le mouvement dans le temps. Une démarche qui permet de saisir, par la trâce, le corps dansant de Bacôme Niamba, danseuse. L'animation expérimentale de Blas Payri explore le potentiel graphique de l'image animée à partir de la prise de vue réelle, un espace où le corps en danse devient un pinceau : une saisi du réel - et par la même, de la danse - est rendu possible par un processus d'abstraction, en corrélation avec son travail musical.

L'AUTEUR

 

« Danse mécanique » - 2018
2:20

Danse Mécanique est un film de fin d'études réalisé dans le cadre de l'école d'animation LISAA.

Un soir, au crépuscule, sur une coiffeuse, une boîte à musique en forme d’oeuf fabergé est remontée. Une petite danseuse en porcelaine se met à tourner mécaniquement au rythme de la musique, jusqu’au moment où les rouages de la boîte se bloquent. La petite danseuse découvre alors qu’elle est capable de bouger, le mécanisme se remet en marche et la replace à sa position d’origine, figée. Elle entame alors une lutte contre la boîte à musique. Elle se libère, sort de l’oeuf. Libre, elle regarde par la fenêtre éblouit par la lumière du matin.

L'AUTEUR