Capture d’écran 2018-09-14 à 12.25.18.pn

Videodanse

L'AUTEUR

Denis Poulin a obtenu son doctorat en Études et Pratiques des Arts à l'UQAM en 2012. Sa thèse "Les espaces infochorégraphiques d'une danse sans corps" interroge son parcours en danse et technologie. Il a également complété un maîtrise en télévision et cinéma à l'Université du Michigan (Anne Arbour) en 1977. Montmorencien émérite, Denis Poulin fut professeur de danse au Collège Montmorency de Laval. Programme qu'il a fondé en 1985.
Réalisateur fasciné par la danse à l’écran, il a signé depuis 1971 de nombreux films et vidéos pour ses spectacles chorégraphiques multimédia et ceux de Martine Époque. Il a reçu le Best Achievement in cinematography Award de l’Université du Michigan (1976) pour son film de danse Solo et la Coupe Enta maratone dei Templi du Festival international de cinéma de Salerno (1983) pour Ni scène, ni coulisses ⁄ Beyond curtains (1978), produit par l’Office National de Film du Canada (ONF). Il est le lauréat du premier concours de l’ONF «cinéaste recherché» (1981), prix qui lui a permis de réaliser son premier film d’animation (Le bouffe-pétrole, 1982).
Il est depuis 2006 professeur associé au Département de danse de l’UQAM et a à son actif de nombreuses publications. Il est membre régulier du  réseau international de recherche-création en arts médiatiques, design, technologie et culture numérique Hexagram et Hexagram-UQAM.

La démarche en technochorégraphie de Denis Poulin et Martine Époque  témoigne d'un parti pris artistique pour une expression particulière qu'ils ont nommée en 2004 «la danse sans corps». Dans leurs œuvres à partir de 2003 (Tabula rasa : la suite, 2003) , NoBody danse : le prototype (2008), La Collection Numérique de signatures motrices de danseurs (2010), CODA, le final du Sacre du printemps (2014, version 2D; 2015, version 3D-relief), les interprètes numériques, affranchis de leur apparence physique, offrent une danse dans laquelle l'humain se manifeste sous-forme d'empreintes dynamiques porteuses de sa signature motrice. Libres de ce repère habituel de la danse, ces œuvres proposent un regard qui magnifie le mouvement dansé et ses manifestations énergétiques.

Depuis le décès de Martine Époque en janvier 2018, Denis Poulin poursuit avec conviction la vision de la danse qu'il a développée avec sa complice de toujours. Son dernier court métrage PASSAGE , est le premier volet de son prochain projet cinématographique construit autour du concept d'un musé consacré à la danse réelle et virtuelle.

 
Capture d’écran 2018-12-02 à 16.12.43.pn